L’AGISQ, la voix des archivistes médicaux du Québec, recommande au gouvernement de prioriser une mise à jour obligatoire de la formation de tous les archivistes médicaux afin d’assurer le déploiement réussi du projet de financement axé sur le patient dans le réseau de la santé et des services sociaux. Cette recommandation a été adoptée par les membres de l’AGISQ, réunis en assemblée générale annuelle à l’occasion de la 57e édition des journées de perfectionnement qui se déroulent aujourd’hui.

« Nous souhaitons être des partenaires efficaces pour le gouvernement. La mise en place du financement axé sur le patient, son succès et son efficacité reposent sur la qualité des données recueillies. Pour éviter tout dérapage, il est primordial que les archivistes médicaux à travers le Québec soient à jour dans leur formation. La disponibilité de données de qualité fera clairement la différence entre la réussite et la mise en péril de ce projet stratégique pour le gouvernement », déclare M. Alexandre Allard, président du conseil d'administration de l'AGISQ.

À l’heure actuelle, les archivistes médicaux reçoivent une formation de base importante. Par contre, la mise à jour de cette formation en fonction des développements technologiques et des nouveaux projets est laissée à l’initiative des personnes et de leur employeur immédiat.

À propos de l’AGISQ

Fondée en 1960, l'AGISQ regroupe et représente les archivistes médicaux du réseau québécois de la santé et des services sociaux. Elle compte près de 600 membres et les soutient dans la mise à jour de leur expertise professionnelle. Les archivistes médicaux sont des techniciens spécialisés en information clinique qui veillent également à la confidentialité et à la sécurité de l’information contenue dans les dossiers médicaux.

Nous faisons contraste!