L’Ordre des chimistes du Québec recommande au gouvernement du Québec de placer les chimistes professionnels au centre de la consultation publique sur le projet de loi encadrant le cannabis et créant la Société québécoise du cannabis.

« L’Ordre des chimistes du Québec partage entièrement les objectifs du gouvernement en matière de santé publique et de sécurité, comme le veut sa mission de protection du public. Or, seuls les chimistes professionnels sont qualifiés pour établir le taux de THC des produits du cannabis. De même, ils et elles sont les seuls à pouvoir déterminer si des substances nuisibles sont présentes dans des produits vendus sur le marché ou à pouvoir attester la validité de tests administrés à des consommateurs. Inversement, sans l’implication de chimistes professionnels, l’encadrement adéquat de la production, la transformation et la consommation de cannabis sera impossible. Notre participation à la commission parlementaire à venir est donc essentielle », explique M. Martial Boivin, président-directeur général de l’Ordre des chimistes du Québec.

À titre de comparaison, des chimistes professionnels sont présents dans le secteur des boissons alcooliques, notamment à la Société des alcools du Québec (SAQ), attestant du taux d’alcool des produits consommés.

Le THC (tétrahydrocannabinol) est le principal ingrédient psychoactif du cannabis. Il est responsable des effets sur le cerveau et sur l’organisme.

L’Ordre des chimistes du Québec compte plus de 3 000 membres œuvrant dans des secteurs aussi variés que la santé, l’environnement, le judiciaire, l’alimentaire ou la recherche. Sa mission est d’assurer la protection du public québécois en matière d’exercice de la chimie professionnelle, omniprésente dans la vie des Québécois. L’Ordre des chimistes du Québec fait partie des premières corporations professionnelles encadrées par l’adoption du Code des professions en 1973.

Nous faisons contraste!