À la suite de la décision de son conseil d’administration, l’Association du personnel retraité de la Ville de Québec (APRVQ) annonce son intention de contester devant les tribunaux le projet de loi no 3, Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal.


« Nous le disons depuis le début : le projet de loi no 3 bafoue les principes et les règles juridiques reconnus par les tribunaux. La suspension de l’indexation des rentes des retraités est une violation du contrat signé avec notre ancien employeur. Le projet de loi no 3 nous prive du droit de négociation que nous avons légitimement exercé lorsque ce contrat a été conclu.

Dans ce contexte, nous estimons important de faire valoir les intérêts spécifiques des personnes retraitées, de tous les corps d’emploi. Nous invitons donc l’ensemble des retraités municipaux, leurs associations ainsi que toutes les autres associations de retraités du Québec à se joindre à la démarche de l’APRVQ. Comme le disait le maire Labeaume lui-même, dans une société de droit, on respecte les contrats », a déclaré le président de l’APRVQ, M. Gaston Verreault.

Selon le projet de loi no 3, adopté le 4 décembre dernier, une municipalité pourra suspendre unilatéralement l’indexation des rentes des personnes retraitées. Appliquée durant 15 ans, la suspension de l’indexation des rentes pourrait signifier une baisse de quelque 30 % du pouvoir d’achat des personnes retraitées et bénéficiaires.

Une assemblée générale aura lieu le 28 janvier prochain.

L’APRVQ représente les quelque 4 000 retraités et bénéficiaires des six régimes de retraite de la Ville de Québec.

Nous faisons contraste!